Tsar Magazine

Orel et sa région à la découverte de son histoire et de ses écrivains !

07 Avril 2021
Vous avez probablement déjà entendu parler de Tourgueniev, Leskov ou Bounine, mais saviez-vous que leur vie est liée à la ville d'Orel ?
A 370 km au sud-ouest de Moscou, sur la route menant à Kiev et à l’Europe du sud, Orel (Aigle en russe)  a dû à sa situation autant ses richesses que ses malheurs…
Orel - symbole de la villeOrel - rivière Orlik

Fondée en 1566 comme forteresse pour défendre les frontières sud de la Russie, elle a vu passer au cours des siècles d’innombrables armées d’envahisseurs, conquérants puis en déroute, subissant à chaque fois pillages, incendies, massacres. Mais sa situation exceptionnelle au confluent des rivières Oka et Orlik , puis l’arrivée au 19eme siècle du chemin de fer, lui ont permis de connaitre un développement économique remarquable et de s’établir comme un carrefour commercial incontournable.

La ville a particulièrement souffert de sa conquête et de son occupation par les troupes nazies en 1941 puis de lors de sa libération par les troupes soviétiques en août 1943. Après-guerre, la ville a bénéficié d’une reconstruction prioritaire, retrouvant son souffle économique avant de sombrer dans un endormissement provincial à la fin du 20e siècle.

Orel doit beaucoup sa notoriété à trois écrivains russes majeurs. Le premier, et le plus célèbre en France, est bien sûr Ivan Tourgueniev, souvent qualifié de « plus français des écrivains russes », né à Orel et mort à Bougival, non loin de Paris. Si un très intéressant musée lui rend grâce à Orel même, il faudra aller à une cinquantaine de km à l’est, à Spasskoïe-Loutovinovo, pour découvrir sa véritable propriété, le « nid de gentilhommes » selon le titre éponyme d’une de ses œuvres majeures, écrite ici-même.

Spasskoïe-LoutovinovoTourgueniev

La propriété a connu son lot de vicissitudes, dont de nombreux incendies et l’habituel délaissement à l’époque soviétique, même si le domaine a été nationalisé en 1917 et est devenu un musée-réserve. Il faut attendre une grande rénovation en 1976 pour que le domaine retrouve son lustre des années 1880 et qu’il redevienne agréable de flâner dans ses belles allées ombragées. On y retrouvera avec bonheur le monde de l’écrivain, là même où il vécut une partie de sa grande passion avec l’actrice Pauline Viardot et ou il écrivit de nombreuses œuvres dont Roudine, À la veille ou encore Pères et Fils.

Le domaine est à quelques encablures de la petite cité ancienne de Mtsensk, célébrée encore aujourd’hui par l’opéra Lady Macbeth du district de Mtsensk  de Dimitri Chostakovitch, d’après le roman de Nikolaï Leskov, né à Orel également et souvent considéré lui comme « le plus russe de tous les écrivains russes ».


Ville de MtsenskMusée Bounine à Orel

Le troisième écrivain russe faisant la gloire d’Orel est Ivan Bounine qui, s’il n’est pas né à Orel mais à Voronej, s’est ouvert au monde des lettres en étant journaliste au « Moniteur d’Orel » et en publiant dans cette ville son premier recueil de poèmes et ses deux premiers romans. Exilé en France, il devient le premier écrivain russe à obtenir le Prix Nobel de Littérature, meurt à Paris et est enterré au fameux cimetière russe de Sainte-Geneviève des Bois. Le charmant Musée littéraire Bounine d’Orel évoque la vie et l’œuvre de cet immense prosateur russe.
Login
ou
Se connecter en utilisant Facebook
Vous n'avez pas encore de compte client? Créer son compte client
Mot de passe oublié ? Réinitialiser
Créer son compte client
Prénom*
Nom
Téléphone
Mot de passe*
Confirmez votre mot de passe*
ou
Se connecter en utilisant Facebook
Avez-vous déjà un compte client? Login
Mot de passe oublié ? Réinitialiser
En naviguant sur ce site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies et donnez votre accord sans réserve aux mentions légales de tsarvisit.com telles que publiées dans le document “Mentions Légales”